Les dernières avancées du chantier… 22 octobre 2018

IMG_20181022_121417982

L’entrée du site :

IMG_20181022_121434276

L’aménagement des abords se fait en intégration avec le paysage.

IMG_20181022_121522723IMG_20181022_121538046

Vue du dessus de la fosse à douilles du canon.

IMG_20181022_121639682

Un aménagement paysager qui va être végétalisé.

IMG_20181022_121703502IMG_20181022_121711007IMG_20181022_121732404

Des abords clairs et sécurisés.

IMG_20181022_121740088IMG_20181022_121755198

La fosse à douilles partiellement dégagée pour des raisons de sécurité.

IMG_20181022_121759600_HDR

La pelle est au rendez-vous !

IMG_20181022_121812612IMG_20181022_121831096IMG_20181022_121844786

Le tobrouk est accessible, nous allons le nettoyer.

IMG_20181022_121922034_HDRIMG_20181022_121929082_HDRIMG_20181022_121949123_HDRIMG_20181022_122003995_HDRIMG_20181022_122045441_HDR

La meurtrière de tir arrière est encore équipée de sa protection anti éclats en bois !

IMG_20181022_122657431

Casemate du Pouldu, le chantier avance…

Les services techniques de Clohars-Carnoët mènent le chantier de mise au jour de la partie arrière du bunker R625 du Pouldu.

Après le dégagement des issues par des membres de l’association les pelleteuses ont continué le dégagement du blockhaus.

Nota : le site fut comblé en 1963.

Le tobrouk, la fosse à douilles, les portes, le cheminement sont dégagés.  La paroi du côté du sol est stabilisée par un enrochement.

Le travail continue.

IMG_20181015_165636348IMG_20181015_165621506_HDRIMG_20181015_165608155_HDR

IMG_20181015_164348259IMG_20181015_164555343IMG_20181015_164602766_HDRIMG_20181015_164244052IMG_20181015_164319228IMG_20181015_164305581

IMG_20181018_151537161IMG_20181018_151837998_HDRIMG_20181018_151852541IMG_20181018_151902352_HDRIMG_20181018_151916107_HDRIMG_20181018_151921771IMG_20181018_152233614

 

Inventaire du patrimoine culturel en Bretagne – Batterie du Pouldu-plage, le Pouldu (Clohars-Carnoët) –

 

inventaire.00
Page de l’inventaire en ligne

Batterie du Pouldu-plage, le Pouldu (Clohars-Carnoët)

 

Dossier IA29004309 inclus dans Ensemble balnéaire du Pouldu (Clohars-Carnoët) réalisé en 2008

Site

http://patrimoine.region-bretagne.fr/gertrude-diffusion/dossier/batterie-du-pouldu-plage-le-pouldu-clohars-carnoet/04fa5fbc-3baa-4612-9c6e-d739840ece73

 

Historique

En 1940, Hitler fait de Lorient sa principale base d´attaque sous-marine dans l’ Atlantique. Pour la défendre, tout un réseau de batteries sera implanté sur le littoral de l´embouchure de la Laïta à Quiberon, délimitant un territoire qui dépendra de la forteresse de Lorient.

Cette zone est étroitement surveillée car les plages nombreuses pourraient permettre un débarquement ennemi et une descente rapide sur Lorient qui est desservie par un nœud routier important.

En effet, la côte bretonne très escarpée se prête peu à un débarquement, mais des accès sont possibles notamment autour de Lorient et de Saint-Nazaire, où est abritée la marine allemande.

Ainsi, de 1943 au début 1945, les Allemands multiplient les casemates pour canons, les tobrouks pour mitrailleuses etc.

La pointe de Clohars qui occupait une position stratégique au 17e siècle dans la défense de l´arsenal lorientais se retrouve trois siècles plus tard au cœur du dispositif du mur de l´Atlantique voulu par le 3e Reich.

Le travail de coulage du béton était assuré par l´Organisation Todt et l´équipement des bunkers était de la compétence des troupes du génie de forteresse. Au sud de la commune de Clohars-Carnoët, la batterie du Pouldu-plage est composée de deux éléments distants de quelques centaines de mètres : la casemate de la plage des Grands-Sables et le poste de tir de Bellangenêt.

C´est un point d´appui : elle assure la continuité de la ligne de feu de la zone de la forteresse de Lorient, en balayant les plages.

La casemate des Grands-Sables surplombe la falaise de la base nautique et domine toute la plage empêchant tout débarquement grâce à son canon antichar. En arrière du blockhaus, du côté du large, un tobrouk (ou ringstand : niche ou trou d´homme bétonné) assure la défense anti-aérienne. Implanté au sud-ouest de cette position et venant l´appuyer, se trouve un poste de tir dominant la plage de Bellangenet. Il comprend un emplacement bétonné accueillant un canon et un tobrouk pour mitrailleuse. Il permet de balayer la côte et l´océan, prévenant toute tentative d´approche d´une flotte ennemie.

 

Description

Ces installations sont en béton armé.

La casemate des Grands-Sables a été soigneusement cachée par une couverture végétale sauf au niveau de l´embrasure d´une largeur de deux mètres d´où sortait un canon sur roues que l´on pouvait escamoter à volonté au moyen d´une rampe en béton encore existante. Le tobrouk pouvait accueillir une mitrailleuse, un mortier ou une tourelle de char.

Le poste de tir de Bellangenêt est aujourd´hui en ruines car il a été construit au sommet d´une falaise constamment attaquée par la mer et qui s´est considérablement érodée. L´ouvrage s´est disloqué de part et d´autre de la falaise. On observe cependant que servants et munitions pouvaient être abrités dans de petits souterrains creusés dans la roche. Il n´y a pas de casemate, il s´agit d´un simple encuvement bétonné armé d´un canon complété d´un tobrouk pour mitrailleuse ou tourelle pour canon.

———————————–

Avis :

La batterie de Pouldu-plage est un élément essentiel de l´histoire maritime de la Seconde Guerre mondiale en Bretagne Sud.

Les héritages militaires sont dispersés le long du littoral de Clohars-Carnoët. Plusieurs batteries sont concentrées à proximité de la plage de Bellangenêt. Participant au système de défense de la rade de Lorient (où était implanté le quartier général allemand organisant la bataille sous-marine de l´Atlantique), elles sont un exemple de défense militaire au cours de la Seconde Guerre mondiale. Leur valeur pédagogique est intéressante. Il est possible de mettre sur pied une valorisation légère par le biais d´un circuit de découverte pédestre axé sur la défense du territoire, en rappelant son importance et en expliquant les relations entre les différents héritages (blockhaus, casemates et tobrouks sous la Seconde Guerre mondiale).

Illustrations :

inventaire.1

inventaire.2

inventaire.4

inventaire.3

inventaire.5

inventaire.6

inventaire.7

Grands Sables. Un projet de rénovation du blockhaus

Dans le Télégramme du 16 février

Grands Sables. Un projet de rénovation du blockhaus

photo-le-telegramme_3821702

Richard Dattez, Christian Monnier, Marcel Gozzi et Gil Van Meeuwen devant le blockhaus

Le blockhaus des Grands Sables, à Clohars-Carnoët, pourrait être rénové et ouvert au public. C’est le projet porté par le conseil des sages. Une association va être créée.

Le long de la côte atlantique, les vestiges du Mur de l’Atlantique, système de fortifications côtières construit par le Troisième Reich, ne manquent pas. Pour preuve, il existe de nombreux blockhaus à Clohars- Carnoët mais aucun qui soit en aussi bon état que celui situé au-dessus de la plage des Grands Sables. Un bâtiment que Gil Van Meeuwen, coauteur avec Marcel Gozzi d’un d’ouvrage sur Clohars durant la Seconde Guerre, connaît bien. « Il était équipé d’un canon de 75 mm antichar orienté vers la plage des Grands Sables », explique-t-il. Forcément, du canon il ne reste rien. Quant à l’intérieur de la casemate, protégée des affres du temps par l’épaisseur de ses murs (2 m), elle n’est plus aujourd’hui qu’accumulation de détritus en tout genre.

L’ouvrir au public

Dans les pièces éclairées par le faisceau d’une lampe torche on aperçoit encore, ici et là, des restes d’une activité militaire : clapet anti-souffle, meurtrière, éléments du système de ventilation et entrée (obstruée) de la fosse à douilles. Un lieu chargé d’histoire que le conseil des sages, organisme consultatif présidé par Christian Monnier, entend rénover et ouvrir au public. « L’idée c’est de le rendre visitable, de l’ouvrir aux locaux, aux scolaires et aux touristes », avance Marcel Gozzi.

Il faut pour cela nettoyer les sols, rouvrir la porte principale obstruée, installer l’électricité… Cette rénovation s’accompagnerait d’un parcours signalétique, afin « de le replacer dans le contexte », précise Richard Dattez. « Le projet a reçu un écho favorable de municipalité », assure Michel Gozzi, passionné par l’histoire de sa commune. « Le blockhaus protégeait les bases de Keroman et de Lann-Bihoué. Une garnison de six à sept personnes vivait à l’intérieur ». Outre la chambre de tir, seul point d’entrée aujourd’hui, la casemate dispose en effet d’une chambre de troupe. « Après la guerre, une famille y a même vécu ».

Création d’une association

L’idée est lancée. Des contacts ont d’ores et déjà été pris, notamment avec la société d’histoire du Pays de Quimperlé. Pour aller plus loin, le conseil des sages mise maintenant sur la création d’une association. « C’est elle qui porterait le projet », souligne Marcel Gozzi. Une association indépendante dudit conseil et dont la vocation serait d’entretenir et de promouvoir la mémoire et le patrimoine de la commune. D’ailleurs son nom est tout trouvé : « Mémoire et patrimoine de Clohars-Carnoët ». La rénovation de blockhaus serait en quelque sorte un acte fondateur. Mais ne serait pas exclusif de l’activité de l’association. Reste désormais à fédérer autour du projet. Histoire d’être prêt dès cet été. « Ce serait l’idéal».

À noter

Une assemblée générale constitutive est prévue au printemps.

D’ici là, les personnes intéressées peuvent contacter le président du conseil des sages

christian.monnier29@orange.fr